Vous êtes ici :

Actions de la société civile pour la mixité scolaire


Pierre Grosdemouge | 25 novembre 2016 | Mots-clés mixité communauté éducation société civile | Fils rouges politiques publiques

En France, on reproche fréquemment aux habitants des quartiers populaires leur repli identitaire, voire leur communautarisme, et l’on considère en revanche que la résorption de la ségrégation sociale, et notamment scolaire, est du ressort de l'État. Pourtant, certaines initiatives montrent l’importance de la revendication de mixité des habitants des quartiers populaires, le rôle que peut jouer la société civile pour améliorer la mixité scolaire et, parfois, la difficulté des pouvoirs publics à faire droit à ces demandes.

Le combat pour la mixité des parents d'élèves du Petit Bard-Pergola (Montpellier) 

À Montpellier, un collectif de parents d’élèves, notamment de mères, est apparu en 2015 : elles-mêmes souvent maghrébines, elles s’opposent à la transformation de la carte scolaire qui aboutit à envoyer tous les enfants du quartier dans un collège dont la population est majoritairement issues de l’immigration maghrébine (« Las Cazes, c’est le collège des marocains »). Jusqu’alors, les enfants étaient scolarisés dans un collège socialement mixte, leur permettant de sortir d’une première période de scolarité offrant peu d’échanges avec l’extérieur : « Les enfants font la primaire ensemble, la maternelle ensemble, ils vont maintenant faire le collège ensemble ? » déclare Najat B., une de ces mères de famille. Ces parents expriment le sentiment que le manque de mixité impose à leurs enfants un destin fait d’échec scolaire et de difficultés d’intégration professionnelle et sociale. Pour Fatiha Ait-Alla, membre du collectif des parents d’élèves Petit-Bard Pergola « ils s’agit de lutter contre la ségrégation scolaire que les enfants vivent, en étant dans des établissements gethos. (…) C’est un piège pour eux, ce communautarisme un peu forcé où ils se retrouvent ensemble dès la maternelle jusqu’au collège, sans perspective d’avenir. »

« Notre combat principal, c’est la réussite scolaire de nos enfants. Nous voulons que nos enfants s’inscrivent dans la République française, et qu’ils intègrent les valeurs de la République française dès leur plus jeune âge, dès la maternelle. » Elouarda Azakri, membre du collectif des parents d’élèves Petit-Bard Pergola.

Après plusieurs manifestations sous des bannières revendiquant la mixité Sociale et l’égalité, le collectif soutenu par d’autre parents et par des enseignants, a entrepris le bloquage des écoles du quartiers, pendant 17 jours, pour obtenir une réponse des pouvoir publics. Pour l’équipe municipal, ce redécoupage répond à un problème comptable, et la réputation négative du collège incriminé est surfaite.

Cette mobilisation a fini par payer, les parents ont obtenu le gel de la carte scolaire et l’ouverture d’une réflexion sur la mixité sociale dans leur quartier. Le collège Las Cazes est devenu un des établissements pilotes de la « grande mobilisation de l’école pour les valeurs de la République mise en place par le gouvernement suite aux attentats de Janvier 2015.

Le collectif « apprendre ensemble », contre le contournement de la carte scolaire

Dans le 18e arrondissement de Paris, un collectif de parents d’élèves (« Apprendre ensemble ») s’est constitué autour de parents revendiquant de « scolariser leurs enfants dans les écoles et collèges du secteur dépendant de l’adresse de leur résidence principale ». Si cela peut sembler évident, il s’agit bien sur pour eux de revendiquer ce choix dans le contexte d’un quartier populaire où le contournement scolaire est devenu la règle.

Leur action consiste essentiellement à témoigner de la bonne scolarité de leurs enfants, mais aussi à corriger l’image des établissements publics. Ils organisent par exemple des réunions permettant à des parents inquiets pour l’avenir de leurs enfants de rencontrer élèves, enseignants et parents des établissements publics à mauvaise réputation. Plus largement, ils interviennent dans le débat public, répondant aux sollicitations des médias et affirmant leur vigilance quant aux décisions politiques portant sur la mise en place de la mixité scolaire.

Sources :

Pages Facebook du collectif des parents du Petit Bard - Pergola 

Vidéo illustrant la lutte du collectif des parents du Petit Bard - Pergola 

Sarah Finger, «En classe, on voudrait des petits blonds avec nos enfants», Libération, 3 juin 2015