Vous êtes ici :

L’accompagnement des recrutements des entreprises : quels enjeux ?


Boris Chabanel | 2 février 2017 | Mots-clés accompagnement entreprise | Fils rouges emploi & insertion

Plusieurs études publiées par Pôle Emploi s’intéressent à la problématique des recrutements des entreprises et aux enjeux d’accompagnement qu’elle soulève. Plusieurs enseignements ressortent de ces analyses.

L’enquête « Besoin de Main d’Œuvre » (BMO) pour l’année 2016 de Pôle Emploi permet tout d’abord de souligner que les employeurs envisagent le plus souvent de recruter dans la perspective d’un surcroît d’activité ponctuel (46% des intentions de recrutement, part en hausse de dix points depuis 2012). Un quart des projets de recrutement concernent les remplacements de départs définitifs de salariés et seulement 15% sont liés à une nouvelle activité.

Dans une étude consacrée à l’évaluation de sa démarche de prospection auprès des entreprises, Pôle Emploi rappelle qu’embaucher constitue à la fois une décision importante pour le développement de l’entreprise, et un processus complexe pour l’employeur : il faut exprimer et formaliser un besoin de recrutement (par exemple rédiger une offre), diffuser cette offre ou ce besoin (selon un ou plusieurs canaux), recevoir des candidatures, les étudier et les sélectionner. Cette complexité peut avoir plusieurs conséquences négatives. D’une part, parce qu’ils anticipent des difficultés trop fortes à surmonter et des risques d’erreur pouvant engager la pérennité de l’entreprise, des employeurs peuvent en rester au stade de l’intention et renoncer à recruter. D’autre part, certaines entreprises peuvent préférer des embauches ponctuelles fréquentes à des recrutements pérennes. Par ailleurs, parmi les entreprises qui font le choix de recruter, un certain nombre d’entre elles peuvent rencontrer des difficultés plus ou moins importantes pour pourvoir leurs postes de travail.

De ce point de vue, l’enquête BMO, ainsi qu’une autre étude de Pôle Emploi montrent que ces difficultés de recrutement touchent tout particulièrement les TPE-PME. Contrairement aux entreprises dotées d’un service RH, en capacité de planifier les recrutements, expérimenté dans la rédaction et la publication des offres, disposant d’un fichier étoffé de candidatures, les petites structures recrutent généralement dans l’urgence pour répondre le plus souvent à des commandes et ne peuvent s’appuyer sur une expertise constituée dans la conduite des recrutements. De plus, le périmètre d’un poste en TPE-PE englobe souvent des activités et fonctions variées, rendant ainsi difficiles l’évaluation et l’expression du besoin de recrutement. Difficulté à définir les besoins de recrutement, méconnaissance du marché local du travail, mauvaise maîtrise des démarches administratives, sont alors autant d’éléments susceptibles d’allonger le processus de sélection des candidats, voire de le mettre en échec.

L’enquête de Pôle Emploi auprès des TPE-PE révèle également un paradoxe. 45% des responsables de TPE-PE interrogés auraient souhaité recevoir des conseils pour la description du poste, 48% pour la rédaction de l’offre, et 60% sur la publication de leurs offres d’emploi (voir tableau ci-dessous). Pour autant, les TPE-PE sollicitent peu les professionnels de l’emploi lors de leurs recrutements, qu’il s’agisse de Pôle emploi, des sociétés d’intérim, des cabinets de recrutement, de l’APEC, de Cap emploi, des missions locales ou d’autres types d’acteurs du marché du travail. Deux tiers (63%) des établissements de moins de 50 salariés ayant recruté dans les 24 derniers mois déclarent n’avoir pas eu recours à un professionnel de l’emploi.

Au total, selon Pôle Emploi, prospecter et accompagner les besoins de recrutement de entreprises permettrait de révéler et satisfaire plus complètement la demande de travail latente des entreprises, et de faciliter la transformation des offres d’emplois précaires en emplois de meilleure qualité. Du fait du gisement d’offres potentielles qu’elles représentent et de la faiblesse des moyens dont elles disposent pour gérer leurs ressources humaines, les TPE-PME apparaissent comme une cible prioritaire de cet accompagnement.

Source : Pôle Emploi, 2014