Vous êtes ici :

L’accompagnement vers et dans l’emploi (1) : quels enjeux et quelles finalités ?


Boris Chabanel | 7 septembre 2016 | Mots-clés chômage insertion accompagnement | Fils rouges emploi & insertion

Le dernier rapport du Conseil d’Orientation pour l’Emploi (COE) offre un tour d’horizon complet des services d’accompagnement vers et dans l’emploi. S’intéressant notamment aux enjeux et finalités de l’accompagnement, le COE constate que celui s’est progressivement imposé comme un élément central des politiques de l’emploi en France et en Europe. Apparue dans les années 1970 dans le champ de l’action sociale, la notion d’accompagnement s’est étendue au domaine de l’emploi à partir des années 1980, au moment où la question du placement des demandeurs d’emploi prend une acuité croissante avec l’installation du chômage de masse. La mise en place des politiques dites « d’activation » à partir des années 1990 entraine l’extension progressive de son champ d’application : le service public de l’emploi et ses partenaires sont appelés à jouer un rôle d’« accompagnateur » non seulement pour l’étape de la recherche d’emploi mais plus largement sur l’ensemble du projet professionnel, depuis le diagnostic de la situation de la personne, l’orientation et l’information sur le marché du travail, jusqu’à un accompagnement dans l’emploi.

Selon le COE, cet effort croissant en faveur de l’accompagnement est rendu nécessaire par les mutations du marché du travail : augmentation du risque de chômage au fil des générations, accroissement du chômage de longue durée, explosion des transitions fréquentes entre emploi et chômage (voir billet précédent), augmentation du taux de rotation des emplois, proportion importante (8,5%) des personnes en emploi qui souhaitent en changer (pour accéder à un emploi plus rémunérateur, plus intéressant, plus stable, etc.), etc. Dans ce contexte, le COE estime que les politiques de l’emploi doivent porter une ambition d’accompagnement plus large que celle du « retour à l’emploi ». L’enjeu désormais est d’améliorer les perspectives d’évolution sur le marché du travail de l’ensemble des actifs tout au long de leur parcours professionnels, qu’ils soient en recherche d’emploi ou en emploi. Il s’agit donc de s’inscrire dans une logique de « sécurisation des parcours professionnels » par l’amélioration de l’employabilité des personnes au regard des mutations économiques.

Pour les personnes en emploi, l’enjeu est de leur permettre de mieux maîtriser leur parcours professionnel par la préparation de mobilités internes ou externes, et la prévention d’éventuelles ruptures. L’accompagnement doit permettre aux personnes de se positionner par rapport à sa filière métier et d’identifier les compétences nécessaires, spécifiques ou générales, pour évoluer dans ce métier ou, au contraire, pour en changer. Pour les demandeurs d’emploi, l’accompagnement doit permettre aux personnes de se doter d’un projet professionnel cohérent à la fois avec les aspirations et capacités de chacune d’elle ainsi qu’avec la réalité du marché du travail, de rechercher un emploi plus efficacement (par la maitrise des techniques de recherche et d’entretien), et de lever d’éventuels freins périphériques (en matière de santé, de logement, de mobilité, etc.) pouvant compromettre la capacité des personnes à rechercher ou occuper un emploi.

Du reste, le COE constate que, s’agissant spécifiquement des demandeurs d’emploi, les travaux académiques et les retours d’expérience démontrent les effets positifs des dispositifs d’accompagnement sur le retour à l’emploi. Par ailleurs, ce type d’approche s’avère relativement moins coûteux que les politiques actives de formation ou de subventions à l’emploi.

Source : COE, 2016