Vous êtes ici :

Le « drôle » de graphique sur l’évolution du niveau de vie au fil des générations…


Aurélien Boutaud | 18 janvier 2017 | Mots-clés inégalité statistique jeunes prospective vieillissement économie | Fils rouges chiffres

L’Insee a publié l’an dernier un graphique sur l’évolution du niveau de vie au fil des générations qui est passé relativement inaperçu sur le coup, avant d’être repris plusieurs fois par la suite, et ce aussi bien par des institutions (comme France Stratégie) que par le monde associatif (l’Observatoire des inégalités ou le Centre d’observation de la société, par exemple). Il faut dire que la lecture de ce graphique n’est pas forcément aisée de prime abord – en tout cas pour qui n’est guère habitué aux statistiques économiques et sociales :

 Graphique : Niveau de vie par génération suivant l'âge moyen de la génération de 1996 à 2013 (en euros 2013)

Essayons de comprendre ce que nous dit un tel graphique...

Mesurer l’évolution du niveau de vie au fil des générations

Avant tout, il faut rappeler que l’objet de ce graphique est de montrer comment ont évolué, en France, les niveaux de vie moyens de différentes générations (par tranches de 5 ans) sur la période allant de 1996 à 2013. Chaque courbe de couleur représente donc l’évolution sur cette période des revenus moyens d’une génération, en euros constants (c’est à dire hors inflation) et ce pour l'équivalent d'une personne seule (après impôts et prestations sociales).

Des niveaux de vie globalement à la hausse… jusqu’à la crise de 2008

Le premier constat est que le point final de chaque courbe se situe plus haut que son point de départ : cela signifie que la tendance générale est clairement à la hausse du niveau de vie pour l’ensemble des générations. On constate tout de même que la hausse est plus forte pour les générations qui se situent en début et en fin de carrière professionnelle, alors qu’inversement la hausse est beaucoup plus modeste pour les retraités. Mais surtout, les courbes montrent quasiment toutes une stagnation, voire une baisse, après 2010 : signe que la crise de 2008 a semble-t-il touché toutes les générations avec un léger décalage dans le temps.

Vers la fin de la progression intergénérationnelle des niveaux de vie ?

Mais le plus étonnant concerne la comparaison des courbes entre elles. Comme le remarque justement le Centre d’observation de la société, « si l'on prend le premier point de chaque courbe en suivant le fil des générations, on note qu'il se situe toujours au-dessus de la génération précédente » (par exemple, à 26 ans, le niveau de vie de la génération 1984-1988 dépasse de 16 % celui de la génération 1974-1978) ; « ce qui veut dire qu'à ce niveau du parcours, chaque génération a un niveau de vie supérieur à la précédente. »

Mais si on observe à présent la fin de chaque courbe, on réalise alors que presque toutes les courbes se croisent : « cela veut dire que le niveau de vie de la génération d'après est équivalent à celui de la génération d'avant. (…) Les générations nouvelles commencent mieux dans la vie mais finissent par stagner au niveau de la précédente, faute d'augmentation des niveaux de vie. »

Le phénomène est d’autant plus préoccupant que la génération 1984-1988 n’a quasiment pas vu son niveau de vie s’accroître. Le Centre d’observation de la société en conclue que, « si leur situation ne s'améliore pas, les générations les plus récentes pourraient se retrouver avec des niveaux de vie nettement inférieurs à ceux de leurs aînés » et ce alors même qu’elles sont globalement plus diplômées.

La progression des niveaux de vie d'une génération à l'autre pourrait donc prendre fin. On comprend mieux, à la lecture de cette conclusion, pourquoi ce graphique a autant fait parler de lui. Gageons que son évolution sera suivie de près au cours des années à venir.