Vous êtes ici :

Une enquête sur les difficultés de recrutement rencontrées par les entreprises


Boris Chabanel | 2 février 2017 | Mots-clés accompagnement entreprise | Fils rouges emploi & insertion

Dans un rapport consacré aux emplois durablement vacants et aux difficultés de recrutement, le Conseil d’Orientation pour l’Emploi soulignait la situation paradoxale de la France : si le taux de chômage dépasse à nouveau les 10% et le nombre de demandeurs d’emploi s’élève à plus de 3,5 millions, les emplois disponibles ne sont pas pourvus plus rapidement. Alors que la notion et le nombre d’emplois vacants continuent de faire débat, Pôle Emploi publie une étude visant à mieux comprendre l’origine des difficultés de recrutement exprimées par les employeurs. L’enquête concernent les employeurs ayant déposé un offre à Pôle Emploi et dont on présume qu’ils ont rencontré des difficultés à la satisfaire : offres annulées, offres satisfaites dans un délai supérieur à 30 jours et offre toujours en cours depuis deux mois ou plus à la fin du 1er trimestre 2015.

Quelle que soit l’issue du recrutement, plus de la moitié (53,5%) des employeurs interrogés déclarent avoir rencontré des difficultés de recrutement. Concernant la nature de ces difficultés, plus de 9 établissements sur 10 estiment qu’elles sont liées aux candidatures elles-mêmes : soit l’employeur constate une pénurie de candidats, soit les candidats rencontrés ne lui conviennent pas (manque de compétences, d’expérience, de motivation…). D’autre part, quatre recruteurs sur dix alertent sur les difficultés de recrutement liées à la nature du poste proposé et aux conditions générales de travail. Une technicité très pointue ou des savoir-faire difficiles à acquérir sont le plus souvent citées par ces employeurs. Autres difficultés liées à la nature du poste, les horaires décalés, la faible rémunération, la pénibilité du travail, le travail à temps partiel, la difficulté d’accès au lieu de travail ou encore le déficit d’image du poste ou de l’entreprise en général. Enfin, à peine plus d’un établissement sur dix déclare avoir rencontré des difficultés liées à ses procédures internes de recrutement. Pour la plupart d’entre eux, le manque de disponibilité accordé au recrutement est la raison principale de ces difficultés.

Comme le souligne l’étude de Pôle Emploi, ces différentes explications des difficultés de recrutement semblent liées entre elles. De fait, un poste peu attractif suscitera en moyenne moins de candidatures. De même, les difficultés de recrutement liées aux candidatures peuvent masquer des problèmes liés à la difficulté à mettre en place et gérer une procédure de recrutement dans son ensemble (présentation du poste, diffusion de l’offre, accueil des candidats, gestion des entretiens…).

L’enquête de Pôle Emploi montre par ailleurs que les difficultés de recrutement touchent plus fortement les offres d’emploi en CDI ou CDD de très courte durée. De même, dans les secteurs de l’industrie et de la construction, la part d’établissements déclarant avoir rencontré des difficultés s’avère plus importante que pour les autres secteurs. Enfin, les établissements de petite taille s’avèrent également davantage impactés, en particulier par les difficultés liées aux procédures internes (manque de disponibilité). A l’inverse, certains critères sont associés à une plus faible probabilité de rencontrer des difficultés : offres proposées en CDD de plus de 6 mois, celles émanant d’établissement de 50 salariés et plus.

Source : Pôle Emploi, 2016