Vous êtes ici :

Accompagnement global des demandeurs d’emploi (2) : quels résultats ?


Boris Chabanel | 18 novembre 2019 | Mots-clés accompagnement | Fils rouges emploi & insertion

En complément d’un précédent billet, cet article rend compte des enseignements d’une évaluation menée par Pôle Emploi et 11 Conseils départementaux partenaires afin d’analyser les effets et résultats de l’accompagnement global, ainsi que les conditions de réussite.

Le principal résultat de cette étude est que l’accompagnement global a un impact positif sur le retour à l’emploi durable. Une année après leur entrée en accompagnement global, au niveau national, 55% des personnes ont eu accès à l’emploi, 43% ont eu accès à un emploi de plus d’un mois et 23% à un emploi durable (CDI ou contrat temporaire de plus de 6 mois). Ainsi leur taux d’accès à l’emploi durable est supérieur de 3 points par rapport à la population témoin, soit une hausse d’environ 27%. L’étude précise également que les chances du retour à l’emploi des personnes bénéficiaires de l’accompagnement sont d’autant plus fortes qu’il s’agit de personnes indemnisables (+12 points), non bénéficiaires du RSA (+ 3 points par rapport à ceux qui en bénéficient), sans situation de handicap (+ 13 points), jeunes (- de 25 ans).

Un autre enseignement clé de l’étude est que la qualité et l’impact de la mise en œuvre de l’accompagnement global sont sensibles aux modes d’organisation adoptés au niveau des départements. Dans la majorité des départements observés, l’accompagnement global est réparti sur un grand nombre de travailleurs sociaux, de sorte que les conseillers Pôle emploi sont amenés à se coordonner en moyenne avec 11 travailleurs sociaux différents, ce qui alourdit le système de coordination : les échanges et le travail en binôme sont plus difficiles à mettre en place et le partage des objectifs du dispositif est moindre, car les bénéficiaires de l’accompagnement global ne constituent qu’une petite partie des personnes accompagnées par les travailleurs sociaux, tout particulièrement pour ceux qui sont en polyvalence de secteur. A contrario, certains départements ont mis en place des travailleurs sociaux dédiés à l’accompagnement global ou une fonction d’animation de l’équipe des travailleurs sociaux sur l’accompagnement global. Or, plusieurs éléments témoignent d’une plus grande efficacité du dispositif lorsque les travailleurs sociaux sont dédiés ou qu’il existe une animation spécifique dans les territoires d’action sociale (voir graphique 6 ci-dessous) :

  • le diagnostic est davantage perçu comme partagé ;
  • les portefeuilles de demandeurs d’emploi en accompagnement global sont de taille plus importante, dans la mesure où les travailleurs sociaux sont davantage sensibilisés et mobilisés pour orienter et accompagner les personnes en accompagnement global ;
  • l’interaction partenariale est plus forte durant l’accompagnement (échanges pendant l’accompagnement, relai lors de la sortie de l’accompagnement) ;
  • la perception des demandeurs d’emploi de l’accompagnement global est plus positive (selon les travailleurs sociaux) ;

In fine, l’impact sur le retour à l’emploi durable est plus élevé : la présence de travailleurs sociaux dédiés ou d’un coordonnateur est associée à un accroissement de 7 points de la probabilité de retour à l’emploi durable.

Troisième enseignement d’importance, l’évaluation révèle que la mise en place de l’accompagnement semble constituer un levier de professionnalisation des conseillers Pôle Emploi.

  • Elle tend à améliorer la capacité de détection des freins sociaux par les conseillers Pôle emploi (toutes modalités de suivi et d’accompagnement confondues). En effet, leur rôle de prescription, le travail d’appropriation des critères d’éligibilité et l’animation mise en oeuvre par l’équipe locale de direction, les ont amenés à accorder une attention plus importante aux freins sociaux et à renforcer leur expertise pour les identifier.
  • Elle élargit la connaissance qu’ont les conseillers Pôles emploi des aides relevant du Programme départemental d’insertion ou du Pacte territorial d’insertion, et ceux-ci ont pris l’habitude de les mobiliser. Ces connaissances positionnent d’ailleurs les conseillers Pôle emploi en accompagnement global comme des personnes ressources au sein des agences.
  • Le conseiller accompagnement global Pôle Emploi assure également un lien étroit avec les conseillers « entreprises » de son agence. Il est généralement reconnu et apprécié par ces derniers pour la connaissance précise qu’il a des profils de demandeurs d’emploi qui composent leur portefeuille. Cette connaissance permet au conseiller accompagnement global d’être particulièrement réactif et efficace dans la promotion de profils auprès des employeurs, de fournir des éléments de parcours précis et d’identifier les arguments qui permettront de convaincre les recruteurs.

Au total, les enseignements de l’étude réalisée par Pôle Emploi semble conforter les préconisations exprimées par certains rapports récents en faveur d’une généralisation de l’accompagnement global.