Vous êtes ici :

Changer d’emploi : un souhait plus fréquent pour les personnes disposant d’un emploi à durée limitée


Boris Chabanel | 5 octobre 2018 | Mots-clés chômage métiers | Fils rouges emploi & insertion

Dans sa publication de référence « Emploi, chômage, revenus du travail 2018 », l’Insee propose un coup de projecteur sur les actifs disposant d’un emploi mais qui souhaitent en changer. L’analyse s’appuie sur les résultats de l’enquête Emploi qui comprend des questions visant à savoir si les personnes en emploi souhaiteraient un autre emploi qui remplacerait ou complèterait leur emploi actuel, et les raisons qui les incitent à changer d’emploi. Plusieurs enseignements ressortent de ce travail.

Tout d’abord, le nombre d’actifs occupés exprimant un désir de changer d’emploi est loin d’être négligeable puisqu’il est estimé à 2,3 millions de personnes par l’Insee, ce qui représente un peu moins d’un actif occupé sur 10. L’étude l’Insee montre également que ce souhait de changement peut avoir des motivations principales diverses (voir tableau 1 ci-dessous).

  • Un premier ensemble de motivation s’inscrit dans le cadre de mobilités professionnelles ascendantes classiques. Ainsi, 23 % des personnes souhaitent principalement trouver un emploi plus rémunérateur (éventuellement en travaillant davantage), et 16 % voudraient un emploi plus intéressant.
  • Le souhait d’accéder à un emploi plus stable, notamment en raison du risque de perdre l’emploi actuel, constitue une autre motivation importante puisqu’elle concerne 19 % des actifs occupés souhaitant changer d’emploi
  • Une troisième motivation forte renvoie à la volonté de trouver un emploi offrant de meilleures conditions de travail ou un emploi plus adapté aux contraintes personnelles (un travail moins pénible pour la santé, des horaires plus adaptés ou plus modulables, moins de temps de transport, une meilleure ambiance de travail, etc.). Cette intention est exprimée par 27% des personnes souhaitant changer d’emploi.
  • Enfin, 15 % mentionnent d’autres raisons (changer de métier ou de secteur d’activité, déménager, etc.).

Ces motivations diffèrent sensiblement selon la situation des personnes. L’analyse montre en particulier que le désir de changer d’emploi est nettement plus fréquent pour les actifs disposant d’un emploi à durée limitée : En 2017, 17,4 % des salariés en contrat à durée déterminée (CDD) et 26,7 % de ceux en intérim veulent changer d’emploi, contre 7,8 % des salariés en CDI. Les salariés en emploi à durée limitée (CDD, intérim ou apprentissage) souhaitent trouver d’autant plus fréquemment un autre emploi que leur contrat est court, et donc susceptible de prendre fin à brève échéance. Pour les salariés en emploi court, le souhait de changer d’emploi renvoie ainsi principalement à la volonté de trouver un emploi plus stable. A contrario, les salariés en CDI citent plus fréquemment la recherche de meilleures conditions de travail (35 %) ou d’un emploi plus intéressant (19 %). L’Insee souligne également que vouloir changer d’emploi est plus répandu chez les ouvriers et les employés (voir graphique 4 ci-dessous). Pour les ouvriers, la raison principale est plus souvent la crainte de perdre leur emploi actuel (28 %). Les employés mettent davantage en avant la perspective d’augmenter leurs revenus (26 %), tout comme les agriculteurs et les artisans (33 %). Pour les cadres, le souhait de changer d’emploi est plus fréquemment motivé par la recherche d’un emploi plus intéressant ou de meilleures conditions de travail.

Enfin, autre enseignement notable, les souhaits de changer d’emploi se concrétisent peu à court terme. En effet, seuls 38 % des actifs occupés qui souhaitent trouver un autre emploi en recherchent un activement, les autres ne le faisant pas principalement par manque de temps. Au final, moins d’un actif occupé sur dix qui souhaite changer d’emploi en a trouvé un autre trois mois plus tard.